La musique de tomassenko est, avant tout, une histoire de rencontres et de croisements, une histoire de langue, de sons, une histoire tout court.
Des lignes mélodiques chantées et jouées, des poly-rythmes et des onomatopées, des mots familiers aussi, et des notes qui se croisent et s'éloignent pour se retrouver à nouveau, comme une fresque peinte ou l'on mélange les couleurs pour en esquisser de nouvelles.
La voix d’Olivier Thomas, compositeur et âme du projet tomassenko, s'insinue au travers des sons pour donner corps à une « langue du monde », faite de bribes de phrases et de borborygmes aux accents d'ici et d'ailleurs.