Sarah est avant tout une artiste passionnée et habitée. A quatre ans, elle chante la Reine de la Nuit dans son bain et à quinze imite Nina Hagen devant son miroir. Pendant une dizaine d’année elle vagabonde à travers la danse, le théâtre et la musique. Passant avec aisance d’un groupe de polyphonies vocales à une compagnie de théâtre avant-gardiste à un spectacle polonais de théâtre de papier à des cabarets érotiques ou encore à des performances clownesques…
Elle monte en 2003 son 1er spectacle de chanson française : « Bloody Mary ». Elle choisit des textes de Roland Topor (son parrain) et demande à BAB.X d’en composer la musique. En 2006 elle se retire de la scène, c’est sa « retraite de jouvence » pendant laquelle elle travaille sa voix, écrit, compose, apprend l’harmonica. Elle décide de sortir de sa coquille et de créer un duo contrebasse-voix.

Elle rencontre en 2009 le contrebassiste Stephen Harrison, un britannique gominé bouillonnant lui aussi de folie. Commence alors pour Sarah Olivier, une carrière d’auteur, compositeur, interprète. Dans ses textes il y a de la poésie crue et fragile, ses mots réveillent les âmes, troublent et provoquent. Elle dit avoir « des muses indiscrètes, une garde rapprochée aillée et effrontée! » C’est une passeuse d’émotion. Elle parle de prostitution, de suicide, d’amour, de lycanthropie, d’alcool, de mélancolie, de sexe toujours avec une auto-dérision étonnante, un humour décapent et une sensualité envoûtante. Sa musique est brute, épurée, grinçante. « un objet muse-y-call non identifié ! » Elle s’inspire autant des jeux respiratoires inuits que de la chanson française à gouaille que du vieux blues ou du punk des années 80. D’une rare liberté, sa voix est puissante et maîtrisée, elle couvre plusieurs octave et passe de graves inquiétants aux aigus mystiques et purs d’un chant grégorien. On la compare aujourd’hui à Nina Hagen, Janis Joplin, Barbara… C’est avec son énergie, sa présence et sa voix qu’elle s’est construit un véritable personnage de scène qui laisse plus d’un spectateur pantois. Elle se produit la plupart du temps en France (prix du public festival Pause Guitare 2010, Albi) mais aussi à Berlin souvent au côté de Fantazio, en Suisse (prix du public Festival Voix de Fêtes 2009, Genève) au Canada, en Belgique. Son 1er album est en projet.

 

http://fr.myspace.com/#!/saraholivier/music