Dans cette nouvelle pièce « Conte et Soul » il y a une âme, c’est sûr. Celle du grand-père qui « se regarde dans le silence du monde ». Celle aussi de toute une équipe dans laquelle chacun fait entendre sa voix : le slameurdiseur-conteur Patrice Kalla, le batteur Grégory Jouandon (qui «le jazzifie» !), Rémi Mercier et ses claviers, Claude Bakubama à la basse. Chacun participe à ce partage d’influences, cette fête où le son se fond à merveille dans l’histoire.
C’est du conte, parce que la parole est l’acte essentiel. Patrice Kalla utilise les stratagèmes des conteurs traditionnels. Avec un mentor comme Paul Pons qui lui a apporté son aide textuelle sur cette pièce, il est d’une bonne école. « Il m’aide à fixer mes images ». C’est une nouvelle forme cependant, vraiment innovante. Equilibre très subtil entre parole et musique, entre rythme et silence, culture traditionnelle sous un décor contemporain. C’est du chant, du conte, du rap, du jazz, du funk, du hip hop… avec en plus, l’âme des ancêtres et le bruissement si doux du monde d’ici et de là-bas.