Olivier Manoury s’est lancé dans une aventure peu banale, remettre au goût du jour un instrument tombé injustement dans la désuétude : le bandonéon. Venant de Tulle la patrie de l’accordéon le défi ne l’a pas effrayé. Reconnu par les maîtres du tango Argentin comme un novateur, il l’a prouvé à maintes reprises par l’originalité de son parcours, que ce soit en accompagnant le ballet de Béjart “Che Quijotte y bandoneon” ou en trouvant une une adéquation entre le son du bandonéon et l'atmosphère sombre et mystérieuse de la musique de Monk.