Edward Lear
« Edward Lear (1812-1888), excentrique radical, génial inventeur du nonsense, a célébré toute sa vie les noces cocasses de la logique et de l’absurde. Peintre animalier, aquarelliste fameux – il fut le professeur de dessin de la reine Victoria - Lear assortit chaque texte d’un savoureux dessin, qui en est comme le prolongement délirant. Qu’on ne s’y méprenne pas : au même titre que son contemporain, Lewis Carroll, Lear est un de ces poètes pour qui l’irrévérence est prétexte à réinventer la langue. »
Patrick Hersant, Edward Lear, Nonsense, Petite Bibliothèque Ombres.

A propos d’Edward Lear
« Les personnages décrits par Edward Lear sont tous border-liners, voir out-liners : vieux fous inquiétants, vieilles femmes murées dans leur solitude, jeunes ladies extravagantes, créatures magnétiques, répugnantes ou charmantes. Et un bestiaire souvent cauchemardesque associé à une végétation cannibale… Dans une société ultra-réactionnaire (qui n’est pas sans rappeler la nôtre) Edward Lear riposte par un univers ultra-poétique, aux antipodes de tout ce qui se fait à l’époque à l’exception de Lewis Carroll. Syd Barrett, John Lennon, Ivor Cutler, Robert Smith et bien d’autres lui doivent quelque chose : le non-sens ou l’art des déjantés. »
Benj 08/2010