« L’Ombu » est l’arbre mythique de la pampa argentine, inspiration des poètes... Sous ses feuillages immenses, se réunissait les « payadores », des improvisateurs en rime qui s’accompagnaient à la guitare, souvent sur des rythmes de milonga.


Avec Ombu, formation fondée en 92, Lalo Zanelli relooke “façon jazz” les musiques argentines, pas seulement le tango, mais aussi la milonga, le candombé africanisant et les musiques indo-andines.

 

Lalo Zanelli définit Ombù comme du « jazz sud americain », même s’il reflète aujourd’hui des influences multiples : rock, tango sans oublier le folklore argentin et les musiques latines.

En 2008, une nouvelle formation voit le jour, il s’agit d’un quintet – Lalo Zanelli au piano et voix, Tomas Gubitsch à la guitare, Juanjo Mosalini au bandonéon, Tero Buschini à la basse et Martin Bruhn à la batterie.


Dans Memoria colectiva, nouvel album du quintet (sortie le 31 janvier 2011), Lalo Zanelli poursuit ainsi son exploration des musiques traditionnelles argentines, en laissant une grande place à l’improvisation. Le répertoire, toujours basé sur la couleur du bandonéon-piano-basse-batterie est enrichi par l'entrée dans le groupe de Tomàs Gubitsch, guitariste d'exception, apportant un son global  plus "direct", plus "rock". Mais le tango, le jazz et les rythmes folkloriques argentins et sud-américains sont toujours bien là.