Hermann chante un créole alternatif, langage d’un monde qui s’interroge et se renouvelle en restant à l’écoute de ses racines.

 

La musique de la guadeloupéenne surprend par son métissage inclassable. A la dérive, sur des courants folk, blues, afro, Hermann raconte des histoires pleines d’espoir, d’incertitudes et de sursauts. Sur scène, elle joue d’un spleen électrique et enchanteur qu’on aimerait savourer en boucle, sous le soleil et partout ailleurs.