En 1988, un précieux manuscrit du 17ème siècle, le Codex Caioni, est miraculeusement retrouvé à l’intérieur d’un mur. Témoignage de l’activité musicale en Transylvanie vers 1650 et de sa diversité culturelle, ethnique et religieuse, on y trouve des œuvres sacrées pour luth, viole de gambe, clavecin et orgue (de Monteverdi, Schütz et de nombreux anonymes roumains), mais aussi des danses transylvaines. Le spectacle évoque une journée de noces, de l’office religieux au banquet. La petite noblesse locale, friande des nouvelles danses des grandes cours européennes, sarabande, gaillarde, courante, y a convié les paysans et leurs danses spectaculaires, au son du taraf, du violon, de la gorduna et des percussions turques…

L'Ensemble XIII-21 ouvre les répétitions de Codex Caioni : mercredi 9 décembre, sur le Plateau des Ecoles Municipales Artistiques. Entrée libre sur réservation au 01 55 53 10 60. Les musiciens interviendront également dans le cadre d'un projet soutenu par le Théâtre Jean-Vilar et Arcadi, auprès des classes de formation musicale et d'orchestre à cordes du Conservatoire.