Bobby Few a la lumière et la poésie dans son jeu. Il a traversé toutes les époques, tous les styles du jazz, y compris les plus libertaires, avec authenticité, chaleur et lyrisme. Il est un « Must » à Paris, jouant une musique toujours émouvante et généreuse !


Installé dans notre capitale en 1969, cet américain (à classer entre Thelonious Monk, Randy Weston et Duke Ellington dans la galaxie des magnifiques pianistes) n’a cessé d’avancer dans le jazz avec chaleur, authenticité et lyrisme. Ainsi a-t-on pu l’entendre auprès de Booker Ervin, Frank Wright, Alan Silva, Steve Lacy ou Noah Howard, toujours en pleine forme.