12 hommes composant un jury doivent statuer, à l'unanimité, sur le sort d'un jeune homme accusé de parricide. C'est la chaise électrique qui l'attend s'il est jugé coupable. Onze jurés le pensent coupable. Seul le huitième, un architecte, n'est pas certain de la culpabilité de l'accusé et a de sérieux doutes. Il expose avec conviction ses doutes. Le point de départ de cette pièce est une situation entendue, ce jeune est coupable ! Mais après deux heures la situation est retournée… parce que la réflexion a été menée, parce que chacun a confronté son point de vue à celui des autres. Le message est très actuel et doit être relayé, dans notre époque de communication débridée où les jugements sont hâtifs et sans véritable hauteur de vue, au risque de blesser, de classer, de juger. Tous les publics sont concernés, surtout les jeunes (lycéens, étudiants, jeunes professionnels, adultes, éducateurs…)